Footprints in Stone
Carrier Culture

Les langues

La langue du peuple Carrier est de la famille des langues des Athapascan du Nord. Cette langue est parlée dans toute la région du Nord du Canada, de l’Alaska à la Baie d’Hudson. Il existe quatre groupes principaux d’Athapascan : les Tahltan, les Kaska, les Sekani et les Carrier. Il y a plusieurs dialectes différents de cette langue dans l’ensemble du pays. Heureusement, la plupart sont assez près les uns des autres pour qu’ils puissent se comprendre entre eux.

L’histoire telle que racontée par Doreen Patrick

Avant que notre alphabet Carrier soit créé, quelques aînés ont appris à lire l’écriture syllabique enseignée par le père Morice. Notre peuple avait un livre de prière en écriture syllabique et les stèles funéraires en étaient aussi ornées. J’ai aussi découvert un arbre à Kluskus qui était gravé d’écritures syllabiques. Certains de nos aînés savaient signer leur nom. Je me rappelle que ma mère m’a dit qu’un marchand, Paul Krestenuk, lui a appris à écrire son nom et c’est de cette façon qu’elle signait ses chèques.

La langue Carrier n’est développée que depuis quelques années. Les linguistes Richard et Shirley Walker, ainsi que Dave et Kay Wilkinson, ont élaboré l’alphabet et le programme d’études du Nord et nous avons ensuite incorporé le même matériel à notre propre dialecte. Très peu de gens de notre région savent lire et écrire la langue Carrier. Quelques-uns d’entre nous qui le pouvions sommes allés au Yinka Dene Institute grâce au CNC de Vanderhoof, pour apprendre à lire et à écrire la langue.

Les quatre bandes de Carrier du Sud de cette région appartiennent au grand territoire du groupe linguistique athapascan de la Colombie-Britannique du Nord. Les langues sont en étroite relation avec la culture et le territoire. Le nom des endroits a un rapport avec les événements qui s’y sont déroulés. Par exemple Lhtakoh ? « où trois rivières se rencontrent », la rivière Quesnel, le fleuve Fraser et la rivière Baker ? est le nom de Red Bluff. La langue athapascane est issue de trois régions géographiques.

Parmi les autres groupes linguistiques du Nord, il y a le Chilicotin, le Sekani, le Tahltan, le Kaska, le Slave et le Beaver. Deux autres langues athapascanes de Colombie-Britannique sont mortes, dont le Tsetsaut qui était parlé le long de la passe Portland et dans la vallée de la Nicola. Il y a aussi deux autres groupes linguistiques athapascans aux États-Unis : le Navajo et l’Apache de l’Ouest. Je sais que nous pouvons nous comprendre lorsque nous parlons notre langue dakehl avec des personnes qui parlent d’autres langues athapascanes. Je connais également une région où la langue athapascane est morte et qu’il ne reste que quelques personnes qui savent la parler. Cet endroit est sur la côte du Pacifique, de la Californie du Nord au sud de Washington. Les langues athapascanes sont aussi parlées en Alaska, au Yukon, dans les Territoires du Nord-Ouest, en Alberta et en Saskatchewan.

Notre groupe linguistique de Colombie-Britannique du Nord compte 18 dialectes différents dans les régions suivantes :
‘Ulkatcho
Ndazkoh
Lhoosk’uz
Lhtakoh
Saik’uz
Stellakoh
Nak’azdli
Babine
Lheidli
Cheslatta
Nitaibun
Yukooche
Nadleh

Ces bandes ont changé de nom car nos amis non autochtones ne pouvaient ni épeler, ni prononcer adéquatement les noms.
Nazko – : le nom approprié est Ndazkoh, Ndaz signifie « du sud » et koh « rivière » (la rivière qui vient du sud).
Kluskus – le nom approprié est Lhoosk’uz, Lhooz signifie « poisson blanc » et k’uz signifie « moitié/coté de » (la moitié ou le coté du poisson blanc est blanc).
Red Bluff – le nom approprié est Lhtakoh, Lhta « où les trois se rencontrent » et koh qui signifie « rivière » (où les trois rivières se rencontrent).
Anahim Lake – le nom approprié est ‘Ulkatcho (gens des meilleures terres).

Bien des noms d’endroits ont été changés car les Non-Autochtones n’arrivaient pas à dire ces noms avec la bonne prononciation en Carrier. Le vrai nom de la réserve où elle est actuellement située n’est pas Lhoosk’uz, le nom est censé être ‘Uskai Talbun Tl’at qui signifie « le sang coule dans la baie du lac ». Je pense que les noms de famille de certaines personnes ont aussi été changés car on ne pouvait les prononcer correctement.

Carrier History
Kama Carrier History